Le ressentiment dans les relations est normal. Voici comment l’éviter.

Pour être honnête, parler de notre ressentiment est une conversation complexe et difficile à avoir. De plus, nous ne pourrons peut-être même pas identifier, avec certitude, la source de détresse et de déconnexion au sein de la relation. Au lieu de cela, il peut y avoir un courant sous-jacent toujours présent de malheur et de fatigue ressentis par l’un ou les deux partenaires.

Identifier les sentiments de déséquilibre émotionnel

Un «courant sous-jacent de malheur» peut se présenter comme un partenaire se sentant plus en phase avec la relation. Ou qu’il met plus d’efforts pour maintenir l’étincelle proverbiale vivante. Cette personne peut avoir l’impression qu’elle est plus susceptible d’initier un rendez-vous amoureux. C’est la personne plus susceptible d’ouvrir un dialogue problématique, de réparer les problèmes en cours. C’est également la personne susceptible de suivre la qualité (et la quantité) du temps que le couple passe ensemble et, en général, de se sentir plus susceptible de faire un vaillant effort pour faciliter la liaison.

Ce partenaire fatigué a probablement également commencé l’accumulation de sentiments de colère et d’animosité.
Après un certain temps, la personne peut commencer à ressentir du ressentiment envers son partenaire. Elle peut même éviter tout entretien émotionnel. Lorsque cela se produit, la distance augmente.

Le risque d’un déséquilibre émotionnel est l’accumulation de ressentiment, et le ressentiment est toxique. La personne qui dit « nous avons un déséquilibre émotionnel » est la personne qui a perçu qu’elle donne plus que son partenaire.

En d’autres termes, il est utile de reconnaître que votre expérience est différente de celle de votre partenaire.

Résoudre le problème

Si vous ressentez du ressentiment, il peut être utile de reconnaître ce sentiment et de le traiter comme une donnée importante. Ensuite, lorsque vous êtes dans un état d’esprit calme et collaboratif, tournez-vous vers votre partenaire et engagez une conversation.

Un exemple de cette conversation pourrait être: «D’après mon expérience, nous avons un déséquilibre émotionnel dans notre relation. J’ai l’impression d’être celui qui fait le plus travail sur cette relation. Voici quelques exemples. Je suis conscient que je commence à ressentir du ressentiment. Pouvons-nous examiner ensemble ce problème? »

La communication positive

Quand le partenaire A fait ça  » Hé, je ressens du ressentiment. Pouvons-nous en parler?  » il est important pour le partenaire B de répondre avec empathie et curiosité, et non pas sur la défensive et avec dédain. Même si B n’est pas d’accord avec l’évaluation de A, B devrait être disposé à explorer la préoccupation de A en disant: « Vos sentiments sont précieux. Travaillons ensemble pour comprendre ce qui se passe. « 

Aborder la conversation de cette façon invite à l’intimité, au lien et à une véritable collaboration. Au contraire, l’approcher comme «moi contre toi» dans la chaleur du ressentiment ne conduit qu’à l’amertume, aux portes claquées et aux cœurs blessés.

Une fois que vous avez eu cette conversation, il est important de continuer à vérifier avec vous-même et avec votre partenaire pour vous assurer que vous communiquez vos besoins et vos attentes d’une manière qui peut être clairement comprise.

Lorsque les conversations ne fonctionnent pas

Dans toute relation saine, ces différences peuvent être évoquées et nous pouvons réaffirmer nos intentions d’apprendre à prendre soin les uns des autres. Mais il existe également des relations malsaines où les inégalités peuvent être flagrantes et carrément douloureuses.

Ce sont des cas où le déséquilibre persiste. Même lorsqu’il est résolu via une thérapie et le type de conversations décrites ci-dessus, ne parvient pas à se résoudre. Si vous êtes vraiment la seule personne à mettre de l’énergie. Si votre partenaire ne répond pas de façon répétée à vos appels vulnérables et à vos tentatives de conversation franches. Vous risquez d’être confronté à une décision.

ressentiment

Lisez aussi: 5 languages d’amour: Quelle est mon language d’amour?

(0)